Test troisième article

Un homme, une femme ? Finalement est-ce qu’on s’en fout pas un peu !?

À celles et ceux qui se disent que la question du genre est un phénomène actuel, je pense que la réponse de l’art peut être aussi simple que ce nom : Hermaphrodite.

On est quand même sur une actualité qui date d’il y a plus de 2000 ans. De là à dire qu’on est lent à avancer sur le sujet…


Contexte de l’œuvre

Hermaphrodite… (Est ce que j’étais le seul à avoir comme première image un escargot ? Parce qu’en me renseignant, je me suis rendu compte que c’est quand même plus subtil que ça).

Au temps des dieux grecs, Hermès et Aphrodite ont eu un enfant, et ils ont eu la bonne idée (clairement un manque d’imagination) de combiner leur nom et d’appeler leur fils “Hermaphrodite“, malin.

Comme il a un bon patrimoine génétique, il s’avère qu’il est très beau et que ça ne laisse pas tout le monde indifférent. Et alors qu’un jour il se baigne dans un lac, une naïade (divinité de la nature qui vit dans les cours d’eau) du nom de Salmacis, tombe amoureuse de lui et lui fait des avances.

Hermaphrodite la repousse, ce qui déplaît beaucoup à la naïade, qui décide de faire appel aux dieux pour faire fusionner leurs deux corps… Autant dire que niveau consentement, on y est pas vraiment, et autant dire aussi qu’il faut pas faire le malin avec les naïades.

C’est cet événement qui est à la base du terme “hermaphrodisme“, qui définit un individu à la fois homme et femme, mâle et femelle… comme les escargots quoi.

Francesco Albani – Salmacis embrasse Hermaphrodite (et aussi plein de petits anges nus mais qui n’étaient sûrement pas vraiment présents dans le mythe)

Intention de l’artiste

Cette statue est donc une représentation du personnage mythologique grec et aurait été réalisée au IIe siècle après J-C, en s’inspirant d’une statue du IIe siècle avant J-C. Ce qui fait qu’en terme précis et scientifique, on est sur du “wouah c’est super vieux en fait” à quelques années près.

Découverte en 1608 et retravaillée depuis, la statue a été créée selon une volonté de mise en scène théâtralisée :

Dans un premier temps, on découvre une femme aux formes prononcées, allongée lascivement sur un matelas. Elle semble être dans un sommeil agité, un de ses pieds est levé, l’autre est coincé sous le drap.


Dans un second temps, on découvre le détail devant lequel un grand nombre de visiteurs du musée se font avoir : “Est-ce que toutes les femmes ont un pénis en érection quand elles font la sieste, ou est-ce qu’on m’a trompé ?”.


On découvre alors qu’en plus des formes féminines et de la poitrine, le personnage a un sexe masculin. C’est là que la surprise et/ou la gêne des observateurs se fait ressentir.

À ce sujet, l’auteur, poète et critique d’art Théophile Gautier écrira le poème Contralto qui débute avec ces vers :

“On voit dans le Musée antique,
Sur un lit de marbre sculpté,
Une statue énigmatique
D’une inquiétante beauté.

Est-ce un jeune homme ? est-ce une femme,
Une déesse, ou bien un dieu ?
L’amour, ayant peur d’être infâme,
Hésite et suspend son aveu.”


Autour de l’œuvre

L’image de l’hermaphrodite a traversé les siècles et inspiré de nombreux artistes jusqu’à maintenant. Hermaphrodite endormi, que vous pouvez admirer au Louvre, en est un bel exemple. Je vous propose également 2 autres œuvres autour de cette figure pour clore cet article en images.

Là, je vous avoue que cette œuvre, si on ne le sait pas c’est difficile de savoir qu’il s’agit d’un hermaphrodite. Après, Dali il fait ce qu’il veut et s’il dit que c’est un hermaphrodite, bon bah… d’accord hein ?

Salvador Dali l’Hermaphrodite – 1974

Peintre norvégien né en 1944, Odd Nerdrum a réalisé une série nommée The body beautiful dans laquelle figure le tableau White Hermaphrodite peint en 1992. Vision personnelle du mythe ou réflexion sur la nature de la sexualité, l’interprétation reste libre.

Odd NerdrumWhite Hermaphrodite – 1992

Et c’est sur ces œuvres que s’achève le deuxième chapitre d’Histo’Art de cul. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour du bonheur, de l’art et du cul, plein de culs !

Comments (0)

Leave a comment

Your email address will not be published.