Photographie érotique

Avant internet, avant le minitel et avant même la télévision, le monde existait. Après, forcément c’était moins drôle parce que tout se passait en noir et blanc (la preuve sur les photos d’époque) mais il paraît que les gens mangeaient, se promenaient dans les parcs et s’intéressaient (déjà ?) au cul !

Et les premiers culs représentés non peints, non dessinés et non imaginés le soir avant de se coucher viennent de la photographie. Ce qui va nous intéresser ici, c’est la naissance et l’évolution de la photographie érotique depuis ses débuts.

C’est quand les premières photographies érotiques ?

C’est pas vraiment surprenant, mais les premières photographies érotiques sont apparues au moment de la création de la photographie.

Pour le point culture, la TOUTE PREMIÈRE (je le mets en capital pour montrer que c’est important) photographie date de 1826 et a été réalisée par un ingénieur français. C’est pas beau mais c’est historique alors on lui pardonne le cadrage [première photographie].

C’est à partir de 1840 que différents procédés plus accessibles au public (seulement ceux qui peuvent se le permettre, donc peu de gens) voient le jour, permettant les premières photographies de nu. Plein de procédés avec des noms qui ne nous intéressent pas vraiment comme le Daguerréotype, la Chronophotographie ou la Stéréoscopie ; parce que nous à ce stade de l’article on veut voir des culs et pas lire des mots compliqués. Mais toutes ces inventions vont permettre à chaque citoyen.ne de voir des culs plus régulièrement que devant le miroir.

Du cul pour faire passer les mots compliqués. Auguste Belloc (1800 – 1867)

Qui dit nu dit pas cul ! (à prononcer vite)

Ou plus précisément : “Qui dit photo de nu, ne dit pas forcément photo érotique artistique”. Avant d’être reconnue comme une discipline artistique, la photo de nu a commencé comme un outil plus que comme une œuvre à exposer.

La science dans un premier temps, a saisi l’opportunité de pouvoir représenter avec exactitude le corps humain. Jusqu’alors, il fallait se baser sur des illustrations et peintures pour représenter différents muscles ou parties du corps. La chronophotographie (vous allez comprendre ce que c’est avec la photo en dessous) a permis par exemple de décomposer avec exactitude les mouvements du corps et donc de comprendre plus précisément comment fonctionne le corps humain. Car même avec des dessins extrêmement précis et réalistes (voir image à côté), on ne retrouve pas le détail d’une photographie.

Chronophotographie de Eadweard Muybridge d’un homme qui court.

Le monde de l’art a aussi beaucoup profité des avancées photographiques. Pour imaginer à quel point, il faut se dire que pour peindre un tableau d’après modèle, la personne qui pose devait parfois rester dans la même position plusieurs heures sans bouger. Ces nouveaux procédés ont donc permis une grande économie de temps, d’argent et de courbatures à tou.t.e.s.

Eugène Delacroix – Odalisque – 1857

Et enfin, l’invention de la photographie a déroulé le tapis rouge à l’industrie pornographique. Déjà à l’époque (nous sommes toujours dans les années 1850), le porno existait et la photographie lui a permis de devenir encore plus populaire. Et là où on se rend encore plus compte qu’on n’a rien inventé, c’est que nos arrières arrières grands-parents avaient déjà la réalité virtuelle pour en profiter : la stéréoscopie. Comme une image vaut 1000 mots (environ hein ? les sources de cette expression restent inconnues) je vous laisse vous représenter tout ça avec ces photos.

Appareil de stéréoscopie qui permet un rendu “3D” grâce à deux images mises côte à côte. La photo ci dessus est une scène d’auteur.e inconnu.e de 1855 (environ)

Reconnaissance et évolution de la photographie érotique

Il faudra attendre le début du XXe siècle pour que la photographie émerge et soit reconnue comme une forme d’art. Longtemps en lutte contre cette nouvelle invention, de nombreux peintres se sont opposés à sa reconnaissance artistique avec entre autres des arguments comme : “Si on peut représenter un cul détaillé en quelques minutes, pourquoi on me payerait encore pour le faire ?” (c’est l’idée, ils ont peut-être pas exactement dit ça).

Mais d’autres artistes intéressés par ce que la photographie permet d’une manière générale et encore plus dans le monde de l’érotisme, ont décidé de se consacrer pleinement à ce domaine et dès les années 1900, on trouvait des galeries qui exposaient des photos de nu.

Parmi les éléments qui ont aidé à la reconnaissance et à la diffusion de la photographie (et indirectement de la photographie érotique), l’évolution des techniques et de la technologie a joué un grand rôle. Parce que si au début du siècle, peu de gens pouvaient se payer un appareil photo, il suffit de se dire qu’aujourd’hui il y a plus de 5 milliards de téléphones portables dans le monde, chacun permettant (en gros) de faire des photos de meilleures qualités que les appareils du début du siècle. Plus de personnes qui expérimentent = plus d’idées = plus de formes d’arts différents DONC plein de culs sous toutes les formes aujourd’hui ! (c’est ça qui nous intéressait à la base non ?)

Je vous propose de conclure cet article en découvrant quelques noms qui ont marqué le monde de la photographie érotique au XXe siècle.

Il y a évidemment des dizaines d’artistes talentueux qui mériteraient leur place dans cet article et je vous invite à découvrir ce monde de la photographie érotique si ça vous intéresse. Sur ce, plein de belles choses à vous, vive les culs et rendez-vous le mois prochain !