Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/openbart/public_html/wp-content/themes/peak-Theme/single-portfolio.php on line 6

10 mars – Education des Pratiques Sexuelles (E.P.S)

Aujourd’hui, pas de mot d’excuse du mĂ©decin pour Ă©viter le cours d’EPS puisqu’on ne va pas s’Ă©poumoner Ă  courir 15 fois en rond dans la cour de rĂ©crĂ© (avec tes camarades qui peuvent t’observer par la fenĂŞtre depuis leurs cours, non mais franchement ?) mais on va s‘Eduquer sur les Pratiques Sexuelles Ă  travers le monde.

Illustration d’Alex Viougeas


Chapitre 1 : Shibari, Kinbaku et Bondage

Le Shibari ce n’est pas le chien japonais de Squeezie (petite rĂ©fĂ©rence de “d’jeuns” pour avoir l’air cool), c’est un type de bondage japonais qui implique d’entraver quelqu’un Ă  des fins sadiques, masochistes mais Ă©galement spirituelles ou esthĂ©tiques.

Le Kinbaku se distingue lĂ©gèrement du Shibari en accentuant sur la connexion entre l’encordeur (celui qui ficelle le jambon) et l’encordĂ©.e (le jambon).

De gauche Ă  droite : Seb Kinbaku, Hikari Kesho, Jacint Halasz.

Petite rĂ©vision des cours d’Histoire de M. Klein : de 1945 Ă  1952 l’AmĂ©rique occupe le Japon et rencontre alors pour la première fois le Shibari et le Kinbaku et s’approprie ces arts avec plus ou moins de finesse. Dans le Bondage amĂ©ricain, tout y passe, les cordes en synthĂ©tique, les collants, les combinaisons en latex, les sacs d’enfermements, les fils Ă©lectrique… (hop lĂ , un p’tit coup de rallonge, Jocelyne). Le but principal est de jouer, de faire du spectacle et de repousser les limites (des explosions, un sauvetage in-extremis, un aigle royal, un Tom Cruise sexy et vive l’AmĂ©rique).


Et ce qui est bien avec l’encordage, c’est qu’une fois qu’on le maĂ®trise, l’imagination est ta seule limite (et les mesures de sĂ©curitĂ© bien sĂ»r, Yvan). A travers les arts, l’esthĂ©tisme de l’encordage a su se dĂ©marquer par bien des styles.

Seiu Ito, un photographe-peintre japonais, Ă©tait connu comme le “père du Kinbaku moderne” et Ă©tait souvent censurĂ© de son vivant.

Garth Knight allie sculpture, mise en scène avec des pierres et encordage Ă  travers son objectif en crĂ©ant des scènes fĂ©Ă©riques (un petit air d’Hermione coincĂ©e dans un filet du diable).


Chapitre 2 : BDSM

1. Qu’est-ce que c’est que ça, le BDSM ?

Bondage végétal par Thomas Duval

BDSM, c’est quatre lettes qui nous Ă©voque quelque chose de bien prĂ©cis mais qu’est-ce que signifie cet acronyme ? Balou Danse Sur Mowgli ? Bon Dorum Sauce Mayo ? C’est bien rigolo, Marcel, mais c’est bien plus fin que ça :

Bondage et Discipline = BD
Domination et Soumission = DS
Sadisme et Masochisme = SM

Le BDSM est un ensemble de pratiques sexuelles et contractuelles utilisant la douleur, la contrainte, l’humiliation Ă©rotique ou la mise en scène de divers fantasmes sexuels. Et il y a autant de pratiques, de règles, de goĂ»ts diffĂ©rents qu’il y a d’annĂ©es d’Ă©cart entre Di Caprio et ses compagnes (beaucoup).

De gauche Ă  droite Ruthless, Simon Carter, Mathias Sterner


2. Le con-sen-te-ment

Qui dit BDSM dit consentement (qui dit sexe dit consentement, ceci dit… qui dit n’importe quoi dit consentement, pour faire simple).

Souvent, un “safeword” (mot de sĂ©curitĂ©) est choisi entre les partenaires qui sert de signal verbal (ou corporel) pour mettre un terme Ă  la sĂ©ance si quelque chose ne va pas (oui, n’importe quel mot, mĂŞme “ClĂ© Ă  molette” si tu veux).

Et comme l’humain aime bien crĂ©er tout plein de règles et en dĂ©battre, voici quelques slogans utilisĂ©s par les adeptes du latex :

SSC 
Sain, Sûr et Consensuel
(Sane, Safe and Consensual)

Sain : un bon Ă©tat d’esprit (rationnel) et un respect de la santĂ© mentale et/ou psychologique (on ne s’enfile pas 3 bouteilles de vodka avant, par exemple Romuald).
SĂ»r : identifier les risques physiques (lâche cette visseuse, Joffrey).
Consensuel : les partenaires sont consentant-e-s aux activitĂ©s BDSM.

4Cs ou CCCC
Attentif.ve, Communication, Consentement et Prudence
(Caring, Communication, Consent and Caution)

Attentif.ve : aux besoins et aux différences des autres
Communication : avant, pendant, après
Consentement : les partenaires sont consentant-e-s aux activités BDSM.
Prudence : conscients du risque et agir en conséquence.

PRICK
Kink Consensuel Informé de sa Responsabilité Personnelle
(Personal-Responsibility Informed Consensual Kink)

Kink Consensuel : les pratiques “kinky” (pratiques sexuelles alternatives) sont consenties.
InformĂ© : les partenaires ont Ă©tudiĂ© les risques et sont d’accord sur la façon de le gĂ©rer.
Responsabilité Personnelle : les partenaires sont responsables si il y a problème.

Broderie-Shibari par Whoopsie_Hoop (Sandra Manhart)


3. Du cul, du cul, mais pas que

Quand on pense BDSM, on pense vraisemblablement zizi-nenette-panpan… Mais non ! Le rapport sexuel n’est pas toujours liĂ© au BDSM au point oĂą on ne dit pas “faire l’amour” ou “coucher” mais une “sĂ©ance“.

« Cela vient de l’Ă©poque oĂą, si vous pratiquiez le SM, vous ne le faisiez peut-ĂŞtre que pour une heure avec un professionnel, ou bien vous alliez seulement y assister dans un club SM ». « Les gens ont aujourd’hui des relations bien plus naturelles, mais on parle toujours de sĂ©ance. »

Gloria Brame, écrivaine-sexologue spécialisée BDSM et fétichismes sexuels

Tout comme pour certains le massage amène presque toujours au sexe mais pour d’autres non, l’issue et/ou le dĂ©roulement sexuel du BDSM dĂ©pend du goĂ»t de chacun.

Aline Aronsky


Chapitre 3 : Around the world

Illustration du livre : L’incroyable histoire du sexe livre II de L’Afrique Ă  l’Asie de Philippe Brenot et Laetitia Coryn

Compilation de ce qu’on fait de son cul autour du monde (Ă  prendre avec des pincettes, tout l’Inde ne suit pas Ă  la lettre le lĂ©gendaire Kamasutra par exemple)

Des chants gĂ©nitaux Ă  HawaĂŻ aux rites sexuels au milieu d’animaux sauvages nigĂ©riens, le sexe a une place importante chez l’humain. A tel point qu’en Nouvelle GuinĂ©e, les jeunes de la tribu Sambian doivent suivre un rite d’initiation de passage Ă  l’âge adulte plutĂ´t cocasse. SĂ©parĂ©s des filles jusqu’Ă  17 ans, ils doivent boire le sperme des anciens, ou des puissants guerriers de la tribu, pour s’imprĂ©gner de leur force (un petit shot au rĂ©veil et ça repart).

Mais l’humain sait aussi liĂ© sexe, sport et compĂ©tition : en Colombie les indiennes de la tribu Goajiros coursent leur futur compagnon jusqu’Ă  ce qu’elles les fassent tomber d’un croche-pied (et d’une german-suplex) pour faire zizi-panpan après.


C’en est fini pour cette “sĂ©ance” d’EPS et le mot d’ordre aujourd’hui sera : tout ce que tu peux imaginer sexuellement, quelqu’un l’a dĂ©jĂ  imaginĂ© avant toi et l’a dĂ©jĂ  fait. Entre rituels culturels, expĂ©riences spirituelles, performances artistiques, les pratiques sexuelles apparaissent et disparaissent tous les jours dans le monde entier. Du coup, qu’elles ont Ă©tĂ©, qu’elles sont et qu’elles seront les tiennes, petit.e fripon.ne ?

Maîtresse Malou